fbpx

Pour nous aider à connaître les mécanismes de ruptures, une grande étude est menée par le CHRU et l’université de Tours. J’ai été sollicité pour y contribuer. Merci de votre contribution par vos réponses. Accédez à l’enquête

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Se relever après une rupture : ce que la psychologie nous dit

Coaches et psychologues sont amenés à accompagner les gens suite à des événements de vie marquants (rupture, perte d’un proche…) Ces événements de vie impactent les gens mais nous connaissons encore mal les mécanismes psychologiques qui sont impliqués dans ces conséquences. C’est pourquoi des recherches sont actuellement réalisées.

Les conséquences de la rupture

Ajoutez votre titre ici

Il est normal que la rupture soit un moment difficile. C’est notamment Lazarus, chercheur spécialisé dans le stress qui nous permet de comprendre cela. Il explique que le stress arrive dans toutes les situations où nous percevons un danger une menace de notre bien-être. Il est donc courant qu’une rupture puisse entraîner des émotions de stress, d’angoisse et de tristesse.

Cette réaction de stress se manifeste différemment chez les hommes et les femmes. Chez les hommes, nous observons plutôt une recherche de sensation ou une augmentation des risques pour gérer les stress (consommation d’alcool, multiplication des partenaires sexuels…). Chez les femmes, le stress a plutôt tendance à créer un repli sur soi, de la tristesse et des ruminations sur ce qui s’est passé. Ainsi, elles peuvent se demander encore et encore « Pourquoi c’est terminé ? » ou « Qu’est-ce que j’ai fait ? ».

Une étude menée conjointement par le CHRU et à l'Université de Tours

Cette étude réalisée sous la direction d’Alexis Vancappel a relevé tout mon intérêt. Coach et thérapeute travaille souvent main dans la main. Chaque pratique est complémentaire et pertinente pour transformer sa vie, poser les fondations de son nouvel avenir. Je vous invite à lire l’article sur les différence entre coaching et thérapie. C’est la raison pour laquelle, j’ai souhaité participer à cette enqête. 

Alexis est psychologue clinicien et doctorant en psychologie. Il travaille à CHRU et à l’Université de Tours. L’étude est réalisée en collaboration avec l’hôpital et l’Université, notamment dans le cadre de sa thèse.

Répondez à l’enquête, avant le 21 avril en cliquant sur ce lien : j’accède à l’enquête

Comment s’en relever ?

Les psychologues suggèrent que c’est la manière dont la rupture va être perçue qui est déterminante. Si la rupture est perçue comme quelque chose de seulement négatif alors la personne aura plus de mal à s’en remettre. Si au contraire la personne arrive à voir aussi les côtés positifs de la rupture, cela peut aider. Si elle se dit par exemple « C’est que nous n’étions pas faits pour être ensemble », « Cela va me laisser du temps pour moi » « Comme ça je vais arrêter de me disputer tous les soirs », alors la rupture sera plus facile à digérer.

Mais nous connaissons encore mal les mécanismes psychologiques que déclenchent une rupture.

C’est pourquoi nous avons besoin que vous répondiez à ce questionnaire (avant le 21 Avril) , en cliquant sur lien : j’accède à l’enquête

Aidez-nous à mieux comprendre les effets psychologiques des événements de vie et à mieux les accompagner.

Les résultats seront ensuite publiés sur le site Divorce & Solutions

Retour haut de page